Accueil > Nos projets > AIDEZ LE CLUB SI DE BETHUNE A CONSTRUIRE UN INTERNAT DE JEUNES FILLES A BOKIN (BURKINA FASO) !

AIDEZ LE CLUB SI DE BETHUNE A CONSTRUIRE UN INTERNAT DE JEUNES FILLES A BOKIN (BURKINA FASO) !

Publié le 01/03/2015 à 19:40

 

Madame GIRARD,assistante sociale, directrice du CAED à Guié (Centre d’accueil de

 

l’enfance en détresse), souhaite créer des internats pour jeunes filles entamant des

 

études secondaires.

 

 

En effet, une fois les études primaires terminées, les filles doivent quitter leur village si

 

elles souhaitent entamer des études secondaires. Elles quittent leurs familles pour aller

 

étudier dans des localités très éloignées de leur domicile (20 km en moyenne, parfois 6O

 

km, distance parcourue le plus souvent à pied). Elles sont parfois « hébergées » chez des

 

tuteurs, en contrepartie de travaux domestiques lourds ; ou elles sont obligées de louer

 

des « petites bicoques » pour y vivre et poursuivre leurs études, si elles n'ont pas de

 

parents ni de tuteurs pour les héberger.

 

 

Le constat est que ces jeunes filles sont victimes de harcèlement sexuel (incestes,

 

viols,…), avec pour conséquence des grossesses précoces et indésirées, ce qui engendre

 

beaucoup d'échecs scolaires. Certaines, après ces grossesses, non seulement sont bannies

 

de leurs familles, mais en plus les géniteurs des enfants fuient leurs responsabilités.

 

Seules, 5 sur 100 parviennent à terminer leur cycle secondaire, or les filles éduquées

 

peuvent apporter beaucoup à leurs familles et à leur pays.

 

 

On parle souvent de la scolarité des filles, mais on oublie cet aspect des choses qui les

 

amène loin de leur objectif de départ.

 

 

Le but d'un internat est double :

 

 - Mettre à l’abri des violences les jeunes filles de milieu rural, scolarisées dans les

 

établissements scolaires de Bokin, afin de favoriser la poursuite de leurs études dans de

 

bonnes conditions, car la plupart habitent trop loin de chez elles pour y habiter et doivent

 

loger sur place. L’expérience montre qu’elles sont exploitées par leurs logeurs et souvent

 

victimes de violences, notamment sexuelles.

 

- Encourager d’autres jeunes filles à entreprendre des études, car, actuellement, au

 

Burkina Faso, seules 5 jeunes filles sur 100 vivant en milieu rural, parviennent à terminer

 

le cycle secondaire de leur scolarité.

 

 

 Il s’agit ainsi de donner la chance aux jeunes filles du milieu rural de réussir dans les

 

études, et de valoriser leurs statuts de femme

 

 

C'est pour remédier à cette situation que l'idée de construire des structures d’accueil est

 

née en concertation, avec les parents d'élèves, les professeurs et les élèves de la petite

 

ville de Bokin où se trouvent un collège et un lycée (situés à 40 km de Guié).

 

Dans un premier avant de pouvoir construire un internat , un local est loué et permet

 

actuellement d'accueillir une quarantaine de filles.

 

 

 

L' internat de Bokin coûte environ 3 euros par mois à l’étudiante (certaines familles parfois

 

n’ont pas les moyens de payer ce loyer. Cette somme qui peut nous sembler dérisoire,

 

représente un gros effort pour les familles). La famille donne sa nourriture. Le budget de

 

fonctionnement comprend par mois  les salaires de la surveillante et du gardien, les frais

 

de santé des adolescentes, ainsi que le loyer du bâtiment. 

 

Pour trouver les financements de la gestion du fonctionnement et de la construction des

 

batiments sur un terrain offert gracieusement par la municipalité, Marthe GIRARD a créé

 

une association sans but lucratif “TALITHA KOUMI”  nom qui veut dire “Jeune fille,

 

lève-toi".

 

 

Notre club de Béthune soutient cette asssocation en  les aidant financièrement pour le

 

fonctionnement et pour la construction des bâtiements car ce  projet s'inscrit dans les

 

cadres de l'Autonomisation des femmes et des filles par l'éducation et le leadership",  et

 

"la lutte contre les violences faites aux femmes" tant par l'amélioration des conditions de

 

vie de ces jeunes filles, que par l'aide apportée à leurs conditions d'éducation ainsi que

 

par la lutte contre les violences qui leur sont faites.

 

 

 

 La construction de l'internat

 

 

 

Le chantier : le maître d’œuvre du projet est l’association “TALITHA  KOUMI”  , assisté

 

pour la supervision locale du projet par le club SI OUGADOUGOU Doyen.

 

En outre, des membres du club SI de Béthune se rendent à leurs propres frais sur place,

 

chaque année, pour visiter le chantier.

 

 

 

 

 

Après une phase d'étude puis de recherche d'une entreprise de construction, le chantier a

 

démarré en 2014, sur un terrain offert par la municipalité de Bokin. Dans la première

 

phase de travaux, les murs d'un dortoir pouvant accueillir 20 à 24  jeunes filles ont été

 

érigés. A terme, il est prévu de pouvoir en accueillir 96.

 

 

 

 

Le financement :

 

- Le club SI de Béthune a engagé 10 000 € en 2013, notamment

 

grâce aux bénéfices de son salon annuel "Talents de Femmes", abondés par le Fonds

 

d'Action du SIE.

 

- Le club SI de Béthune a engagé 12 000 € en 2015, notamment

 

grâce aux bénéfices de son salon annuel "Talents de Femmes", abondés par le Fonds

 

d'Action du SIE.

 

- Le club SI de Béthune a engagé 10 000 € en 2017,

 

notamment grâce aux bénéfices de son salon annuel "Talents de Femmes"

 

 

Grâce à ces fonds le 1er bloc dortoir est construit et accueille une trentaine d'élèves. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bloc sanitaire et un bloc cuisine de "chantier" provisoires ont été installés

pour les accueillir dans de bonnes conditions.

 

 

Nous devons désormais financer la construction du bloc sanitaire

et du bloc cuisine définitifs.

 

 

Notre club continue grâce à ses salons Talents de Femmes à provisionner de l'argent pour

 

continuer cette construction  mais est également à la recherche de partenaires pour

 

l'aider à réaliser ce beau projet : entreprises, fondations, particuliers, autres clubs

 

Soroptimist, autres clubs services ...

 

 

 

Ce projet vous intéresse ? Contactez-nous

 

 

 Voir Article Avenir Artois du 5 janvier 2017

 

 

Historique de nos actions au Burkina Faso :Burkina__article_revue_2017.pdf

Retour à l'accueil Retour aux projets