Accueil > Actualité > PRIX TALENTS DE FEMMES 2017

PRIX TALENTS DE FEMMES 2017

Publié le 26/11/2017 à 19:32

La 9ème édition du salon Talents de Femmes a eu lieu les 18 et 19 novembre 2017 à la salle Olof Palme La Rotonde Béthune.

Du 16 septembre 2017 au 26 novembre 2017 le club de Béthune dans le cadre de son prix Talents de Femmes a été partenaire de  l’exposition au Musée d'Ethnologie Régionale, Chapelle Saint-Pry, rue Saint-Pry à Béthune : 

 

« Clin d’œil sur les collections N°1N° INV 970.0061.1 = Le patrimoine de « Bei-Thun »

Le début de cette histoire c’est un petit château de bois surplombant une butte pour annoncer les attaques des ennemis. Béthune s’est développée et s’est construit une place de choix sur le territoire. Ville commerçante, elle a obtenu le droit de rendre la justice.

Les fortifications érigées par Vauban prouvent l’importance de défendre cette place forte. Son emplacement au cœur de notre région, en fait un point militaire stratégique.

Les casernes racontent l’histoire de cette cité : ses richesses attiraient la convoitise. Le commerce y était très florissant et au fur et à mesure du temps, elle devait s’étendre au-delà des fortifications aujourd’hui disparues.

Le musée conserve précieusement dans ses collections les témoins de cette histoire. Aussi au travers de ce « Clin d’œil sur nos collections », il souhaite valoriser ce qui a fait « Bei-Thun » (ancienne orthographe de Béthune).

 

Les œuvres ont été créées selon le thème :

« Béthune, ville d’HISTOIRE» 

Découvrez Béthune, racontez l’histoire de cette ville et des Béthunois.

Béthune s’est construite grâce à des hommes et des femmes qui ont fait son histoire. (Bateliers, tanneurs, grainetiers, chapeliers et modistes, architectes, artisans travaillant le cuivre, la céramique,…)

Vous, Mesdames, qui faites la richesse des Hauts-de-France, exprimez vos talents en une création qui raconte une histoire…, l’histoire des hommes et des femmes…, l’histoire de votre art…, votre histoire…

 

Le jury et les votes du public ont décerné le prix à Mme Isabelle GALLET pour son oeuvre :

 

 

"La tapisserie de Béthune"

 

La tapisserie est réalisée en une seule pièce de 2 mètres de long sur 60 cm de large.
Elle comporte 6 panneaux qui relatent l'histoire de Béthune entre l'an 940 et l'an
1188.
Un arbre de vie vient rythmer les différentes scènes proposées, comme pour la
tapisserie de Bayeux.

Premier panneau :
Il représente la ville de Béthune : BETUNA. A l'époque, c'est un château construit
sur une motte féodale. La ville prospère et s'enrichit grâce aux échanges, c'est un
carrefour des commerces. Ses seigneurs valeureux en assurent la défense ! Richesses,
opulence : les fils de couleur bleu, or et terre de sienne en sont une évocation.
Un arbre de vie nous invite à poursuivre notre lecture.

Deuxième panneau :
1093 première épidémie de peste qui touche la ville.
Certaines fortifications sont améliorées. Un incendie, puis d'autres épisodes de peste
suivent. La couleur verte suggère les miasmes et la pestilence. Le noir : la mort.
1188, la ville est de nouveau affectée par une épidémie de peste.
L'arbre de vie se meurt.

Troisième panneau :

Cette fois, la peste se développe, favorisée par les marécages et le manque d'hygiène.
Les morts ne sont plus enterrés et les malades abandonnés à leur sort.
L'arbre de vie est habité par la mort.

Quatrième panneau :
La légende raconte que Saint-Eloi, saint patron des gens du métier des métaux
apparaît en songe à deux maréchaux-ferrants : Germon de Beuvry et Gauthier de
Béthune.
Saint-Eloi leur demande de se retrouver à la source de QUINTY pour fonder une
charité. Il leur promet de les protéger de la peste s'ils aident les malades et enterrent
les morts. C'est ainsi que naît la confrérie des Charitables de Saint Eloi en 1188.
L'arbre de vie renaît.

Cinquième panneau :
Le mal est repoussé. Les morts sont enterrés. Le cours de la vie reprend.
L'arbre de vie reprend des forces. Une renaissance s'opère.

Sixième panneau :
Les mourants sont soignés. On leur apporte nourriture et présence.
Thym, navets et buis permettent par leurs vertus, un retour vers une situation
sanitaire meilleure et permettent à la population de recouvrer la santé.

Voici comment mains, fils et aiguilles brodent une part de l'histoire de Béthune.
Comment une passion se met au service de l'histoire.
Le choix d'une tapisserie et de surcroît au point de Bayeux était une évidence pour
moi Artisan Brodeuse passionnée.
La période de l'histoire que je relate correspond à celle durant laquelle la célèbre
tapisserie de Bayeux fut réalisée et reprend les techniques de l'époque.
Une tapisserie de Béthune qui aurait très bien pu être réalisée à l'époque pour
transmettre son histoire.....

 

 

 

Le prix a été remis par Karine BAILLET, marraine du salon

 

 

 

 

Retour à l'accueil